VENTAVON
Hautes-Alpes
FRANCE

DECOUVRIR Histoire Patrimoine PeuplementVentaoio...BlasonEtat féodalChapelle du PrieuréEglise Saint-LaurentBeaujeuFerme de BerthaudChapelle ND de la PitiéCanal de VentavonBeffroiOratoire St-RochCadran solaireMonument aux mortsFontaines & lavoirsPont du BeynonVidéos Patrimoine

PLAN du SITE

Mentions légales

Monument aux morts de Ventavon
Monument aux morts de Ventavon 1914-1918

 

Ce monument en l'honneur des morts de la guerre de 1914-1918 a été réalisé en calcaire en 1921 par Tony Carcenat (1889-1949) habitant à l'époque à Barcillonnette dans les Hautes-Alpes.
Il aurait coûté 14.000 F sans les fondations.

Trente-cinq Ventavonnais décédés y sont inscrits (cf.photos).
On sait juste que Albert PARA, Soldat du159e régiment d'infanterie, est mort le 19/03/1916 à Vaux-devant-Damloup (Meuse - 55) à l'âge de 23 ans et que Henri Adrien PELLOUX, Sergent du 297e régiment d'infanterie, est mort le 08/07/1915 à Ban-de-Sapt (Vosges - 88) à l'âge de 29 ans.

La bénédiction du monument aux morts lors de son inauguration, le 7 août 1921 a été faite par Monseigneur Gabriel de LlOBET*.



 

Recherches historiques et photos : Denis Buffet

Source :
- Archives Départementales série 10R

- "Un évêque aux armées en 1916-1918 : lettres et souvenirs de Mgr de Llobet"  publié par Gabriel de Llobet.

* << Monseigneur de LLOBET, évêque de Gap, se trouvait, de par sa situation militaire, affecté comme infirmier à la 16e section, dont le dépôt est à Perpignan : le prélat est, en effet, originaire des Pyrénées-Orientales. Mais Monseigneur de LLOBET n’a pas voulu se contenter de ce rôle à l’arrière. Il a sollicité la faveur d’être affecté à une formation désignée pour aller au front. M Justin GODART, sous- secrétaire d’Etat au service de santé de l’armée, s’est empressé, courtoisement de déférer à ce vœu. Et l’évêque de Gap, quelques jours plus tard, recev ait un ordre d’affectation comme aumônier volontaire à la section de brancardiers d’une divi sion d’infanterie. Après avoir pris congé de ses fidèles en leur adres sant une lettre animée d’un haut sentiment patriotique, il a rejoint son corps et endossé l’uniforme.>>


- Alain Choubard(*)
- www.memorial-genweb.org