VENTAVON
Hautes-Alpes
FRANCE

DECOUVRIR Histoire Patrimoine PeuplementVentaoio...BlasonObélisquePorte charretièrePortail du châteauSeigneurie de VentavonEglise Saint-LaurentChapelle ND de la PitiéChapelle du PrieuréBeaujeuFerme de BerthaudCanal de VentavonBeffroiOratoire St-RochCadran solaireMonument aux mortsFontaines & lavoirsPont du BeynonCentrale hydroélectrique du BeynonVidéos Patrimoine

PLAN du SITE

Mentions légales

Usine hydroélectrique du Beynon - Ventavon
Site de l'Usine hydroélectrique du Beynon


Chambre d'eau, salles des vannes, déversoir et conduites forcées au quartier du Beynon - 1950

- Centrale hydroélectrique du Beynon (1909-1975) :

En 1908, un décret accorde à la Société des Forces Motrices de la Durance (SFMD), la concession de 40 m3/sec. d'eau dérivés de la Durance (prise d'eau à La Saulce) par l'intermédiaire d'un canal d'amenée et l'autorise à l'utiliser pour l'usine hydroélectrique du Beynon à Ventavon.

Ce canal de 14 km de long était capté sur la Durance par un barrage et amenait l'eau dans une immense chambre d'eau au quartier du Beynon.
De là partaient six conduites forcées d'une longueur de 400 mètres (pour une chute d'eau de 50 m) alimentaient six groupes d'une puissance totale de 31.000 KW de l'usine électrique.

Cette installation devait produire l'énergie électrique à haute tension destinée à être livrée à Energie Electrique du Littoral Méditéranéen (EELM) et fournir en électricité, via l'usine électrique de La Brillanne (soeur jumelle mise en service un an plus tôt), Marseille sur trois lignes de 55.000 V. Une grande première à l'époque.

Dès 1910, Ventavon est pourvu d'une distribution pour l'éclairage de nuit dans son agglomération principale. En 1935, le conseil municipal de Ventavon décide de construire un réseau HT à partir de la centrale et de créer des postes de transformation correspondants pour les réseaux BT et ainsi désservir tout le village, Valenty, Le Villard, Faye et Beaujeu.

Un poste de relevage permettait également d'alimenter le réseau d'irrigation de l'association d'arrosage.

La Société des Forces Motrices de la Haute-Durance exploitant la centrale de Ventavon fut nationalisée le 1er juin 1946. Ses ouvrages de production et ses installations de distribution furent intégrés en 1947 au GRPH, EDF et CRT.

En 1950, l'ensemble représentera une production annuelle de 170.000.000 de KW.
L'usine hydroélectrique du Beynon est arrêtée en 1975, le canal d'amenée n'existe plus
.


Vue générale de l'usine hydroélectrique du Beynon - 1950

 

- Base d'Intervention Mécanique EDF

En 1975, dès la fermeture de la centrale, EDF avait installé sur le site, l'atelier mécanique du sous groupe Haute-Durance.

En 2012, cet atelier est appelé désormais "Base d'Intervention Mécanique EDF". Il effectue une maintenance spécialisée de 12 centrales hydroélectriques situées en Haute-Durance.


- Patrimoine industriel

En 2001, la commune étudie la réhabilitation de l'ancienne usine du Beynon en vue de constituer une antenne d'Ecomusée consacrée aux aménagements hydroélectriques du BUëch et de la Durance. EDFintéressé par le projet, fait don à la commune de Ventavon pour le franc symbolique de la chambre d'eau, bâtiment proche (salle des commandes) et d'une partie des terrains qui accueillaient les conduites forcées de la centrale.
Une première tranche de travaux avait été effectuée puis le projet est resté en l'état au vu de la lourdeur qu'un tel site pouvait engendrer au niveau du fonctionnement.

L'emplacement transformé en terrain de jeux (paint ball) et en galerie d'expression artistique (tag) devient trop dangereux pour laisser l'accès libre au public. Après avoir ceinturé de panneaux interdisant l'accès, la commune étudiait différents projets afin de donner une destination à ce site.


Salles des vannes près de la chambre d'eau - Beynon - 2016

 

- Projet de stockage d'énergie avec des batteries

En 2018, l'entreprise RTE (Réseau Transport d'Electricité) qui gère le réseau public de transport d'électricité haute tension en France métropolitaine propose d'utiliser ce site de la chambre d'eau pour un projet innovant "l'exprimentation de stockage d'énergie avec des batteries" appelé Ringo.

Il s'agit de répondre à des pics momentanés de production. Les équipements composés de technologies de stockage (batteries) et de logiciels, servent à absorber les pics de production ponctuels, en créant une ligne virtuelle pendant 2 heures au maximum.


Recherches historiques : Denis Buffet